17098337_1899382606956856_9119854926934784024_n

17098337_1899382606956856_9119854926934784024_n

Nous avons beaucoup de chance au RFCL Athlétisme : après le titre olympique conquis en 2016 à Rio, Nafissatou Thiam est devenue hier la nouvelle championne du monde de l’heptathlon.

L’événement est exceptionnel : jamais un de nos compatriotes n’était  parvenu à décrocher le titre mondial en athlétisme (quelle que soit la discipline) !

Nafi a dominé l’épreuve de bout en bout, ne laissant que très peu d’espoir à ses adversaires Schäffer, Vetter ou Rodriguez.

Elle a démarré la journée de samedi avec un excellent chrono de 13’54 au 100 m haies (le 2ème de sa carrière) la classant provisoirement 11ème. Bien entendu, cette position ne correspondait pas vraiment aux ambitions de notre compatriote qui eut vite fait de reprendre la tête du classement général avec un saut magistral de 1m95 à la hauteur ! Elle consolidera ensuite sa 1ère place avec un lancer du poids fantastique de 15m17 (meilleure performance). Nafi clôturera la 1ère journée avec un très bon 200 m bouclé en 24’57, confirmant les progrès réalisés en sprint. A la fin de la 1ère journée, la Liégeoise pointe à la 2ème place du général derrière l’Allemande Schäffer, très regulière.

La 2ème journée de l’heptathlon commence sur les chapeaux de roue pour Nafi puisqu’elle remporte le saut en longueur grâce à un bond exceptionnel à 6 m 57 au 3ème essai, reprenant par la même occasion le leadership de l’heptathlon. La 6ème épreuve lui permettra de placer ses concurrentes à une distance déterminante : en effet, elle se classe 2ème du javelot grâce à un excellent 3ème jet à 53 m 93. C’est très sereinement qu’elle aborde le 7ème travail d’Hercules puisqu’elle dispose de l’équivalent de 12 secondes d’avance sur Schäffer. Elle terminera le 800 mètres, épreuve tant redoutée par notre Liégeoise en or, en 2.21.42, en ne mettant jamais en péril sa 1ère position.

Une fois de plus, Nafi a fait rêver des centaines de milliers de Belges se demandant tous déjà qui serait capable à l’avenir de l’empêcher  d’accrocher de nouveaux titres, qu’ils soient européens, mondiaux ou olympiques.

Article rédigé par Alain Malpas.